samedi 16 octobre 2010

Test du manipulateur à tendance pervers


 Vous souhaitez savoir si vous êtes un manipulateur pervers ou comment les reconnaître?


Il faut au moins une dizaine de caractéristiques du test ci-dessous pour être un manipulateur pervers :


1 - Il culpabilise les autres, au nom du lien familial, de l'amitié, de l'amour, de la conscience professionnelle, etc...

2 - Il reporte sa responsabilité sur les autres ou se démet de ses propres responsabilités.

3 - Il ne communique pas clairement ses demandes, ses besoins, ses sentiments et ses opinions.

4 - Il répond très souvent de façon floue.

5 - Il change ses opinions, ses comportements, ses sentiments selon les personnes ou les situations.

6 - Il invoque des raisons logiques pour déguiser ses demandes.

7 - Il fait croire aux autres qu'ils doivent être parfaits, qu'ils ne doivent jamais changer d'avis, qu'ils doivent tout savoir et répondre immédiatement aux demandes et aux questions.

8 - Il met en doute les qualités, la compétence, la personnalité des autres: il critique sans en avoir l'air, dévalorise et juge.

9 - Il fait faire ses messages par autrui ou par des intermédiaires (téléphone au lieu du face à face, laisse des notes écrites).

10 - Il sème la zizanie et crée la suspicion, divise pour mieux règner et peut provoquer la rupture d'un couple.

11 - Il sait se placer en victime pour qu'on le plaigne (maladie exagérée, entourage "difficile", surcharde de travail, etc...)

12 - Il ignore les demandes (même s'il dit s'en occuper).

13 - Il utilise les principes moraux des autres pour assouvir ses besoins(notions d'humanité, de charité, de racisme, "bonne" ou "mauvaise" mère, etc).

14 - Il menace de façon déguisée ou fait un chantage ouvert.

15 - Il change carrément de sujet au cours d'une conversation.

16 - Il évite ou s'échappe de l'entretien, de la réunion.

17 - Il mise sur l'ignorance des autres et fait croire à sa supériorité.

18 - Il ment.

19 - Il prêche le faux pour savoir le vrai, déforme et interprète.

20 - Il est égocentrique.

21 - Il peut être jaloux même s'il est un parent ou un conjoint.

22 - Il ne supporte pas la critique et nie les évidences.

23 - Il ne tient pas compte des droits, des besoins et des désirs des autres.

24 - Il utilise très souvent le dernier moment pour demander, ordonner ou faire agir autrui.

25 - Son discourt paraît logique ou cohérent alors que ses attitudes, ses actes ou son mode de vie répondent au shéma opposé.

26 - Il utilise des flatteries pour nous plaire, fait des cadeaux ou se met soudain aux petits soins pour nous.

27 - Il produit un état de malaise ou de sentiment de non-liberté (piège).

28 - Il est parfaitement efficace pour atteindre ses propres buts mais aux dépens d'autrui.

29 - Il nous fait faire des choses que nous n'aurions probablement pas faites de notre propre gré.

30 - Il est constamment l'objet de discussions entre gens qui le connaissent, même s'il n'est pas là.

68 commentaires:

  1. Holy shit DD8
    Je suis une simple adolescente qui s'interesse à la psychologie,et j'me rend compte que j'ai 15 caractéristiques correspondantes XDDDD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi ...mince alors :(

      Supprimer
    2. et bien remettez vous en question...

      Supprimer
    3. On l'est tous ses une question d'application si tes pret a faire de tort a quelle qun pour avoir ce que tu veux ses du pareille au mème mais sa arrive tout le temps et un ti coup par ici une autre parla = un psycopat ou un bill gate.

      Supprimer
    4. il faut avoir tout les caractéristiques pour l'être, c'est normal que tu es quelques caractéristiques correspondantes, j'ai un père pervers narcissique et je sais ce que c'est.

      Supprimer
    5. Il faut avoir 20 pour être manipulateur pervers narcissique...

      Supprimer
    6. Non c est ecrit minimum 10 alors 10 et plus = pervers narcissique

      Supprimer
  2. C'est la totale!! Je n'ai jamais regretté d'être partie ou d'avoir fuit(c'était en moi,je le sentais et je l'ai fait). C'est un grand souffle, la liberté de penser. Vivre sans compte à rendre, ouf!! C'est la fin des angoisses, de marcher les yeux par terre et d'être réduite à faire les courses. Est-ce que le manipulateur fini par abandonner sa proie?

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour
    Je viens de faire l'exercice et j'ai recensé 24 traits sur 30. Pour les autres traits, je n'étais pas sûr ou bien il ne s'appliquait pas. Mon ex-conjointe de 8 ans et des poussières est probablement en train d'en séduire un autre en ce moment. Comme j'ai souffert dans cette relation qui n'en finisssait plus de finir! Entre 40 et 50 séparations durant toutes ces années! Je fouttais le camps continuellement. par écoeurement. Mais elle revenait me séduire avec tous ses beaux atouts et aussi avec une sexualité fantastique. Mais en bout de ligne je souffrais dans mon coin à subir ses attaques continuelles contre moi, mes enfants, mes amis(es), mon ex qui est la mère de mes enfants et même parfois mes frères et soeurs. Je comparerais la difficulté de ne plus revoir cette personne à arrêter de fumer!!! Il faut s'y prendre plusieurs fois lorsqu'on est vraiment dépendant.
    Elle m'a même accusé d'être un PN en m'envoyant un article sur le sujet! Mais elle s'est tiré dans le pied cette fois!

    Voilà mon vécu!

    RépondreSupprimer
  4. Je suis marié avec une femme depuis preque 19 ans. N'étant pas très heureux de ce sentiment d'être "recalé" à chaques discussion et par un "déclic" au hasard d'une rencontre, j'ai compris que je me suis fait manipuler petit à petit jusqu'à perdre ma personnalité. Je suis actuellement une thérapie car j'ai voulu la quitter mais elle a su me faire culpabiliser encore plus par rapport à nos 2 enfants. Aujourd'hui j'ai l'impression que je suis "foutu"...
    Voilà ce que je vis encore aujourd'hui....

    RépondreSupprimer
  5. Bien sur ... c'est l'un des moyens de pression qui marche à merveille. Au bout de 19 ans, si vous n'étiez pas ce qu'elle recherche, elle aurait peut être réagis aussi .... (je suis encore assez naive pour penser que ces êtres pervers n'existent pas vraiment, mais que ce sont des personnes qui ont elles aussi des failles à combler) Alors c'est plutôt facile de faire culpabiliser l'autre.
    Difficile de se retrouver dans ces cas là, difficile de changer un rythme qui s'est installé mais personne n'est foutu, il faut y croire et essayer de se retrouver soi, la thérapie est une bonne solution quand on a envie de s'en sortir ..... mais entre vouloir et pouvoir, il y a un petit gouffre à combler.
    Plus facile à dire qu'à faire je suis également une thérapie !

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour,
    je suis la fille de deux pervers narcissiques, j'ai 35 ans et il y a deux ans j'ai réussi à couper les ponts de manière radicale avec mes parents. Ils se sont appliqués à m'exclure de toute la famille qui me reste (en France et à l'étranger). J'arrive à atteindre certains objectifs qu'il m'était impossible d'atteindre auparavant, mais je n'arrive pas à faire confiance, à laisser entrer les gens dans ma vie, à fonder un foyer et plus le temps passe, plus je me sens seule au monde. Mon frère est également instable, il a 38 ans, un boulot nul, il vit dans un 20m2 et carbure à la marijuana. Il est complètement sous leur emprise même s'il vit à plusieurs jours d'avion de chez eux, et se réjouit de la place que je laisse au sein de la famille, tout en ignorant le fait qu'il n'aura jamais la reconnaissance et l'amour qu'il recherche. Comme moi ses relations n'ont jamais abouti. Il a le regard vide et désespérant. Pour ma part j'aimerais avoir de l'espoir, mais malheureusement pour moi, l'espoir d'une vie meilleure sur cette terre reste un concept accessible aux autres, auquel je n'aurai jamais accès. J'aimerais seulement trouver des personnes pour me confier. Certains de mes amis ne veulent pas m'entendre quand je commence à parler de mes parents, car cela les traumatise et ne m'apporte, selon eux, rien de plus....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour, je suis dans la même situation... J'ai un père qui était et est toujours comme ça. J'ai 26ans aujourd'hui, un passé de boulimique, un immense trou béant à la place du coeur, et j'en suis certaine maintenant, tout ceci est lié à lui et à ce qu'il m'a fait subir, même s'il ne s'en doute pas une seconde, ou du moins ne le dira jamais. J'en souffre énormement, je suis dans l'incapacité totale de créer des liens avec un homme, je ne ressens strictement rien si ce n'est du dégout et de l'agacement, je ne supporte qu'on s'interesse a moi et les relations 'physiques' me paralysent au plus haut point. Je trouves ça affreux d'être 'prisonnière' de ça alors que je meurs d'envie de pouvoir de nouveau ressentir qqchose, et me sentir aimer... Je ne sais plus quoi faire pour faire changer ça..

      Supprimer
    2. Bonjour,

      Mon mari est le fils de deux pervers narcissiques. Il n'a réellement pris conscience de la situation que lorsque ses parents (qui, auparavant avaient réussi - entre autres - à tuer dans l'oeuf toute relation sentimentale) ont recouru à des violences psychologiques inouïes pour nous séparer (il y a de cela maintenant 15 ans ; son père a même essayé de l'étrangler). Dire que jusque-là, mon mari idéalisait ses parents (je ressentais d'ailleurs cela comme excessif). Nous avons totalement coupé les ponts avec ma belle-famille il y a bien longtemps. Mais il n'est pas guéri des ravages psychologiques occasionnés (dépression, anxiété permanente, etc., qui l'handicapent au point de ne pas pouvoir travailler, bien qu'il soit extrêmement brillant intellectuellement). Son frère et sa soeur sont dans un état encore plus grave (lui : schizophrène ; elle : hystérique borderline).
      Nous avons au moins la chance de nous entendre excellemment et d'être très solidaires.
      Moi-même, je suis issue d'une famille vraiment pas "évidente" (père schizophrène et mère loufoque et un brin manipulatrice), mais j'ai été sauvée par ma grand-mère maternelle.

      Supprimer
    3. moi, c'est ma mère qui est PN et moi aussi, j'ai du mal avec les relations charnelles (je suis mariée, et c'est dur pour notre couple) car j'ai la peur de me trouver "prisonnière" et en même temps, j'ai tant envie d'être aimée

      Supprimer
  7. Bonjour,

    Je viens de faire le test, et pour mon compagnon (F) ( en lui faisant bénéficier du doute) j'ai 18 réponses positives.....ce test ne fait que confirmer ce que je suspectais.
    J'ai des enfants d'un premier mariage, dont un garçon de 15 ans qui je pense est un miroir pour lui, il projette sur lui tout ce que je crois qu'il a vécu dans son enfance.....mais c'est très dur pour mon fils, celui-ci m'a déjà , très justement, dit qu'il n'avait pas à supporter les blessures d'enfance d'un autre. F ne lui parle pas directement, mais fait régulièrement des commentaires du style...je ne plierai pas pour un gamin, ce sont toujours les enfants des autres qui causent des problèmes....Mon fils est stoïque, ne dis rien mais me fait part de temps en temps de son opinion...F est incapable de discuter calmement et de façon constructive et donc la moindre broutille donne lieu à une scène gigantissime. Le plus grave, c'est que nous venons d'avoir un bébé, voulu, par amour car j'étais aveugle....en fait, la naissance a exacerbé son comportement...les disputes se répètent, avec cris et fracas devant le bébé!....il m'est difficile de rester calme car je vis ses paroles et ses jugements comme autant d'injustices, de manques de respect....il travaille à l'étranger et la paix ne revient que quand il s'en va, mais nous devons chaque fois tous nous "restabiliser"....
    J'ai très peur pour mon fils, et pour ma dernière fille.....je ne sais comment les protéger.
    Il gagne très bien sa vie et m'a déjà menacée (dès la maternité) de partir avec ma fille, que je ne l'aurais pas car il a suffisamment d'argent pour faire ce qu'il faut...j'avoue être désemparée, fatiguée, à bout, mais je ne sais que faire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut surtout que tu ais confiance dans la justice. Un juge ne retire pas la garde au prétexte que l'un des parents gagnent plus que l'autre. Par contre, il peut accorder une garde partager.
      Je pense qu'il faut que tu te fasses un carnet de bord de tout ce que tu subis et tes enfants aussi. En gardant l'optique "qu'est ce qui est bon pour tes enfants". Sans haine envers ton mari. Il faut aussi au maximum que ton entourage s'en aperçoive. Pour que tu ai des témoins.

      Supprimer
    2. tu parles ! meme les JAF tombent dans le panneau des PN ! c'est mon cas :il m'a accusée d'etre l'auteur de violences conjugales que j'étais la seule à subir, il s'est entaillé le bras de quelques égratignures et a fait témoigner des amis que j'en étais l'auteur : résultats, les enfants lui ont été confiés par un JAF ils avaient à l'époque 5ans et 7 ans !!!!!!
      depuis je me bats, l'enquêtrice sociale idem m'a fait passer pour une acharnée des procédures judiciaires, haineuse etc...... alors un seul conseil : fuyez avec vos enfants le plus vite possible et dès que vous êtes installés quelque part, demandez le divorce. Faites un dossier béton et anticipez tous les mensonges qu'il va imaginer Ce n'est pas facile mais .......
      je n'ai jamais eu le courage de le faire alors même que toute ma famille me l'ordonnait ! quelle énorme Co.....rie j'ai fait là de vouloir rester.

      Supprimer
  8. Bonjour,

    23/30 points pour ma mère avec qui j'ai coupé les ponts. J'ai réussi a me construire hors de sa portée, grace aux "familles" et "parents" que j'ai pu adopter au cours de ma vie. J'ai 32 ans, le chemin a été long... Pourtant ma solution a été de manipuler aussi un peu ceux qui m'entoure, j'ai pris ce que j'avais a prendre, mais pas à leurs dépends, ils sont toujours là, toujours présent et connaissent mes failles, mes fragilités...
    J'ai pris conscience très tot de la personnalité de ma mère, contrairement au reste du monde ! J'etais seule, si seule... J'ai été séparée d'elle à mainte reprises. Je suis toujours revenue... Comment vivre loin de la personne qui est censée vous aimer le plus au monde, comment le monde extérieur pourrait etre meilleur ????? Vu ce que vous vivez, le reste ne peut etre que pire, alors vous restez... Quand je partais, bizarrement, elle devenait la meilleure mère, la connivence que j'avais avec elle était extraordinaire...
    Bref, je m'inquiète aujourd'hui pour ma petite soeur de 14 ans qui vit exclusivement avec elle. Son père est à 800 km d'elle. Ma mère a réussi à la monter contre lui et sa nouvelle femme, procédure en cours... Que faire, je suis loin aussi, je soutiens mon ex beau père, mais que faire de plus ?????

    RépondreSupprimer
  9. Anonyme du 24 février :l'argent ne fait pas tout. Les juges ne s'achètent pas. Il en faut pour qu'un Juge aux affaires familiales accède à la demande de garde d'un père...Demandez de l'aide à votre entourage. Consultez un avocat ou un juriste gratuit ( il a des associations pour ça, comme l'ANAV ).Ne subissez plus. Commencez à agir, à trouver d'autres "sources" de renseignements que celle de votre compagnon.
    Bon courage.

    RépondreSupprimer
  10. 24 réponse pour ma mère...j'suis mal

    RépondreSupprimer
  11. Bonsoir.

    Je suis une femme de 24 ans.
    J'ai été diagnostiquée de "perverse narcissique" (les guillemets sont importants, puisque cette pathologie n'est pas véritablement reconnue) par une dizaine de psychologues, car comme vous vous en doutez, un seul ou neuf avis ne suffirait à me convaincre tant je pars du principe qu'aucun être humain ne peut poser une analyse fidèle et juste sur moi. J'ai du me résoudre en intégrant le diagnostic du 10ème.
    Passons.

    Nous sommes décrits comme des "bêtes maléfiques", des "Super-mega-horribles-et-affreuses-personnes" qui n'ont ni moralité, ni empathie, ni humanité.
    Or, dans certains cas c'est totalement faux.
    Il peut nous arriver de nous imprégner des mœurs, des principes humanistes et autres, à tel point que nous nous les approprions et agissons autour de nous dans ce sens.
    Il y a en réalité une très fine barrière, impalpable à l'œil nu, qui sépare notre véritable nature en quête obsessionnelle de tous "les bons côtés" chez l'autre (sans quoi nous pensons que nous ne pourrions construire en libre arbitre notre personnalité, et le conditionnement dans lequel nous avons évolué depuis la naissance, imposé par la morale (qui supposent tous les codes altruistes, humains, bons.
    Nous oscillons entre les deux camps, pour atteindre nos objectifs ou simplement pour nous rassurer lors de nos moments de faiblesse que nous aussi : nous sommes humains.
    La critique nous est véritablement insoutenable, d'ailleurs nous le réfutons souvent avec violence verbale, prétextant que la personne n'est pas en mesure de donner son avis puisqu'elle nous est inférieure. Mais je peux vous assurer que sur l'instant, toute critique fait l'effet d'une lame de sabre rouillée se plantant vivement en plein abdomen (d'où la violence de la réponse, généralement).
    Il y a un point crucial et très significatif qui n'a pas été relevé dans ce descriptif de profil : Notre mémoire.

    RépondreSupprimer
  12. Elle est défaillante, surtout en couple. Mettez à l'épreuve vos partenaires (atteints de ce "syndrome"), vous constaterez qu'ils seront incapables de se souvenir de ce qui pour vous est symbolique, important et un moment plein d'émotions. Puisque de toutes évidences, dès lors où nous n'éprouvons que très peu d'affection, d'empathie et de sentiments purs tels que vous les connaissez, ces évènements n'auront par définition pas arrêtés notre attention (nous les considérons comme des évènements normaux, qui suivent un schéma/processus d'appropriation normaux, qui nous rappelle que votre affection nous est acquise).
    Je ne connais la notion de regret, je sais simplement que je ne fais pas les choses dans leur fond et leur essence, de façon normale et pure. Le regret, c'est de la sensiblerie, l'attendrissement de l'autre...Qu'importe les moments d'apparence merveilleuse que nous avons pu passer, je ne me rabaisse pas à ce genre de mignardises. Le regret est une faiblesse.

    Remarquons aussi nos codes de langage.
    1°) Au départ (lors de la rencontre) le "Tu" est prédominant sur le "Je". Nous jouons la carte du retrait, laissant croire que nos interlocuteurs sont le centre de la conversation, nous semblons captivés, intéressés, touchés, à l'écoute totale. Or, nous élaborons déjà notre ligne d'attaque en ne piochant que ce que nous pouvons exploiter dans la discussion afin de nous faufiler au cœur de votre intimité et la prendre en otage silencieusement.
    2°) Vous remarquerez ensuite, au fil des semaines, la disparition du "Tu", qui laisse une place imposée et exigée du "Je". Nous sommes à présent le cœur même de ces échanges. Tout tourne autour de nous, nous imposons notre personnalité (que nous avons ajusté de façon à ce qu'elle soit compatible et en parfaite harmonie avec la votre). Nous parlons de notre vécu, de nos expérience, nous dévoilant que très partiellement (car la plupart de nos propos sont de purs mensonges qui n'ont de but que de vous attendrir ou d'aller dans votre sens). C'est la partie que je préfère, car je peux user pleinement de toutes les images de personnalités que je possède, selon qui j'ai en face.
    Nous tentons par l'usage autocentrique de vous toucher, de faire en sorte que ce que nous faisons semblant d'être fasse naitre et murir cette envie : "J'ai envie d'en savoir plus", ou "Comme elle est touchante, elle me comprend et je me reconnais en elle".
    Il n'en est rien, à aucun moment vous ne pouvez prétendre nous ressembler, vous ne méritez pas de nous ressembler, vous êtes trop en dessous de nous. Ce qu'on vous dis n'es en rien authentique, il peut y avoir de vrais éléments de nos vies...Mais nous les tournerons de façon à ce que "ça vous parle" et vous touche d'une façon qui vous est familière, d'après ce que nous avons entendu de vous lors du premier code de langage (1°)).
    3°)Il y a à présent une jonglerie entre "Je" et "Tu", mais leur germe n'est pas égal. Je m'explique : Le "Je" sera la science infuse, la vérité absolue, l'objectivité universelle. Le "Tu" (vous) fera l'objet de critiques latentes, dites qu'à demi-mots. Le "Tu" sera par définition inférieure au "Je". Nous prétendrons maintenir la place que vous avez toujours eu jusque là, que nous vous avons offert au départ. Mais nous nous en servirons pour vous qualifier d'égocentrique, d'égoïste. Nous avons manié en silence cette place, le "Tu" sera à présent critiqué, comparé, dénigré (toujours à demi-mots) pour laisser vivre pleinement le "Je" qui n'aura jamais été aussi épanoui.

    RépondreSupprimer
  13. Vous vous plaindrez, qu'importe. Nous ferons en sorte que vos propos prennent la forme de balourdises, de stupidités, que votre ignorance et folie dicteront vos paroles.

    Nous sommes programmés ainsi, et ça fait de nous des "personnes mauvaises" pour des gens comme vous. Nous collant des étiquettes (dès lors où vous avez saisi notre mécanisme)telles que des arrivistes, des personnes malsaines, néfastes, pédantes, nocives.
    Nous le sommes.C'est un fait. Mais l'entendre, le lire, nous imposer ces qualificatifs revient à nous critiquer,et ainsi nous ne l'admettrons jamais et trouverons toutes les failles que nous avons recensée chez vous pour inverser la situation, de façon à ce que vous vous trouviez TOUJOURS en dessous de nous. Il n'est pas envisageable que nous entendions ces accusassions de la part d'une personne que nous avons réussi à berner durant tant de semaines, mois, années...Comprenez-vous ?
    Je ne travaille pas encore, mais j'ai hâte d'être exposée à cette dynamique. Ce sera un jeu qui me conviendra forcément.
    J'espère que les plus subtiles d'esprit qui liront ce message, auront la fibre altruiste et comprendront sa raison. Ce n'est qu'une illustration de ce que je suis, rendant vivant le profil du pervers-narcissique qu'ils viennent de lire.
    Je suis Mère et seule (volontairement), et ce message symbolise mon désir d'atténuer cette "pathologie", car je doute pouvoir la faire disparaitre intégralement, tant c'est ce que je suis, finalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, je découvre cette maladie après un entretien chez un psychiatre que je suis moi même allé voir pour requérir de l'aide. Je crois être malade mais je ne sais pas exactement ce qui se passe. Au cours de notre entretien le médecin évoque à demi mot un "défaut narcissique" et ne comprenant pas cette expression je cherche sur le net... Beaucoup de ces critères me ressemble, en tout cas ceux décrient dans l'apprentissage de l'autre, la faculté a déceler chaque éléments de sa vie et personnalité (sans est même devenu un jeu avec moi même en observant les gens dans les transports en commun de deviner leur vie)... bref je m'adapte à tout milieu, à toute personne et absorbe leurs émotions... ma vie est compliqué et en y réfléchissant peut être l'est elle parce que j'ai les agissements d'un PN... je ne sais pas... mais ton témoignage m'intrigue et peut être que tu pourrais m'en dire plus pour que je puisse me faire une idée de nos similitudes

      Supprimer
  14. C'est la première fois que j'écris un commentaire sur ce sujet et j'en ai long à dire sur ces êtres. J'ai vécu presque vingt ans avec un pervers narcissique et moi aussi, j'ai énormément besoin de parler de cela. À chaque fois, on se libère peu à peu de ce poids de souffrance.

    RépondreSupprimer
  15. je viens de lire le test, et même si je n'avais plus vraiment besoin de confirmation, 24/30 c'est quand même pas mal. je subis cette situation depuis près de 8 ans. j'ai tout perdu je suis complètement dépendante financièrement (ce qui n'était pas le cas quand on s'est rencontré). Mon médecin parle aussi de manipulation sectaire (il a été témoin de jéhovah pendant plus de 15 ans et a arrêté la pratique mais pas la conviction). Parfois j'ai des sursauts de courage et malgré la dépendance, je me lance dans des recherches d'issue, mais il redevient très gentil tout en me démontrant que je n'y arriverais pas. Je finis par douter de nouveau, au point qu'il me dit même que c'est moi la manipulatrice... alors je reste, et je vis sous anxyolitique, sommnifère (je suis victime de crise de panique très violentes assez souvent). Je suis pourtant entourée d'amis, médecins qui me soutiennent, mais je n'ai pas les moyens, je suis coincée et j'ai encore une fille de 12 ans à charge...
    ça fait du bien de lire vos témoignages, même si nous ne pouvons pas grand chose les uns pour les autres.
    bonne chance

    RépondreSupprimer
  16. bonjour anonyme
    a mon avis et tout ce que tu viens d ecrire, correspond a la pathologie des psychotiques, c est une defaillance mentale, non des qualites,et personnes de ton entourage n est dupe, sauf le demontrer est tres difficile! tu es a l etat d un animal qui suit ses bas instincts, puisque c est la difference entre humain et animal! il te manque l humanite! tu imites l homme en quelque sorte, celui qui est humain! comme un pervers sexuel ou psychopathe , tu as besoin des soins, sauf qu il faudrait diagnostiquer ta maladie!

    RépondreSupprimer
  17. a anomyme malade
    tu fonctionne comme un robot qui a besoin de piles , pour fonctionner, les qualites des autres,ceci prouve deja que tu es amputes de celle ci,un etre humain , normalement constitue est heureux, sans cela, le bonheur il l a en lui,donc il est bien plus superieur a toi, c est la pitie que tu inspires , pas l envie, mais que feras tu , le jour ou tu ne trouveras plus les ingredients pour te faire vivre? a savoir que cette pathologie est de plus en plus denoncee
    et viendra le jour ,ou, de force on va te soigner!!c est dans ton imaginaire toute cette superiorite, tu vis par le mal et pour le mal!
    vu tous les temoignages, les gens te fuiront ou te fuis deja; mais est tu aptes a le comprendre ,ton comportement ne peut etre qu ephemere, car comme tu peux constater dans la presse, meme les plus grands dictateurs sont dechus tot ou tard! voila ce qui t attends, et on t oublira aussi vite, trop heureux d etre debarrasse d une parasite!! mais si tu as conscience de ton etat, il n est pas trop tard pour te faire soigner!!

    RépondreSupprimer
  18. a anonyme malade
    j ajoute, tu as pille toutes les qualites de tout ceux que tu as cotoye, mais parle nous de tes qualites, c est vide! finalement tu n en as aucune, elles appartiennent aux autres!
    tu as du subir , etant enfant, des chocs traumatiques, qui t ont empeche de developper, des qualites authentiques, la memoire, bien sur tu peux emmagasinner, tout , puisque comme c est vide a l interieur, il ya de la place! pour conclure, merci pour ce mode operatoire , ca permettra, aux lecteurs de mieux comprendre ton esprit tortueux ! j aimerai que tu nous parles egalement de tes etats depressifs et de tes souffrances sous ton apparence superieure!!!

    RépondreSupprimer
  19. oh mon Dieu les 30 items concordent avec la personnalité de mon ex compagnon et père de ma fille.

    RépondreSupprimer
  20. Je savais déjà et effectivement l'item confirme, j'ai pu me libérer, malheureusement c'est très dur, après avoir changé de tel bloquer les sms, ce dernier se poste en terrasse depuis bien évidemment en n'étant parfaitement ami avec les nouveaux tenanciers du bar, il n'y a pas un jour sans que moi et mon fils le croisions voir plusieurs fois par jour. Cela fait depuis 2008 que je subie du harcèlement, insultes, un coup gentil un coup méchant, intimidation, provocation, suivi en voiture, même devant école primaire de mon fils. Menaces, enfin le déménagement serait peut être une solution mais difficile à faire, qui plus est nous sommes obligés de quitter carrement la région, car dans la même ville celui ci nous poursuivra encore. Mon fils n'en peux plus moi non plus, je sors peu de chez moi, nous faisons plus de marche parfois pour éviter de passer devant la terrasse de ce café. C'est très dur, et je me demande quand nous laissera t il enfin en paix.

    RépondreSupprimer
  21. Je voulais dire email. je présice que ce pn est rentré dans ma vie il y a dix ans, j'ai été appé petit à petit, anéanti térrorisée, j'ai mis quatre ans à me rendre compte, depuis que l'ai démasqué je suis une personne à anéantir. J'ai osé le giffler devant ses amis, je me suis aussi emportée et l'ai insulté une fois en public. Bien evidemment je passe pour folle pour son entourage. Puisque la provacation et le harcèlement se font à l'insue de son entourage, et que ceux ci voit une réaction d'une personne sans savoir l'origine, à part les mensonges du pn. Je souhaite bien du courage à toutes les personnes qui vivent avec ce genre de malade. Ne l'affronter pas en face, préparer votre départ dans le secret. La seule chose à faire, ne plus jamais donner prise à ce malade.

    RépondreSupprimer
  22. Je fais un lien de cet article qui me semble juste, lorsqu'on comprends pourquoi on a été victime, cela permet d'éviter de reproduire, et bien entendu le fait d'avoir connu ça nous permettra de repérer ce genre d'individu, connaître ses "faiblesses" et ne pas être une cible une proie pour ces monstres.

    http://psycho-perversion-narcissique.over-blog.com/article-les-victimes-54152233.html


    C’est quand elles commencent à comprendre et nommer ce qui leur arrive que commence le règne de la terreur.

    RépondreSupprimer
  23. Si vous êtes une victime que vous êtes seule, comme c'est bien souvent le cas, le premier pas est d'absolument de parler à quelqu'un et en ce sens, je vous propose une écoute, vous pouvez m'écrire bureau.internet@gmail.com

    RépondreSupprimer
  24. il a tout bon 100 % de bonnes réponses, et moi, j'y ai cru, aujourd'hui je vis avec ce pervers narcissique depuis 16 ans, je viens de faire le "diagnostique", il y a seulement quelques semaine, et j'ai lu "le harcèlement morale" de M-F. Hirigoyen, et là !!!!! : confirmation de mes doutes, confirmation de ce que je me cachais depuis toutes ces années, il y avait quelque chose de bizarre de soupçonneux dans ses comportements, je ne sais pas ce que je vais faire, car depuis que je sais; c'est une grande partie de ma souffrance et de ma solitude qui c'est envolée, je sais que je ne peux le combattre ou le faire changer mais je sais aussi que je ne me laisserai plus faire, je n'aurai plus le comportement de victime potentielle et idéale, pour la suite on verra. je suis effarée du nombre de personnes vivant ou ayant vécu avec un ou une pervers narcissique, mon mari; lui, est un pervers narcissique, égocentrique, égoïste, nombriliste, sans compassion, mais il ne le sais pas comme tout les PN, j'ai donc aujourd'hui un avantage sur lui ce qui ne m'étais pas arrivé depuis des siècles, je compte en tirer profit. Le pire c'est qu'il a "transmit" ça a son fils (d'un premier mariage), et que par conséquences sa petite fille prend le même chemin, ça me faire peur et mal pour cette gosse, innocente.

    RépondreSupprimer
  25. 30/30 critères d'Isabelle Nazare -Aga,17 ans mariée,j'avais de nombreux troubles du au stress (problèmes d'estomac,ashme etc),pour découvrir étre avec un pn,j'ai mis du temps pour m'en apperçevoire,mais maintenant le divorce est en place,avec une plainte,je sais pas ou ceci va me conduire, mais en tous cas ,hors de question qu'il nous empeche de vivre(mon enfant et moi).Je pense etre une battante car j'ai du faire fasse a de beaucoup coups durs dans ma vie d'avant (j'ai 48 ans).Dernièrement il a porter plainte aussi (retournement de situation) car dit t'il je lui est pourri la vie durant notre mariage (oui il y a une maison en jeux,qu'il veux garder pour lui seul et avec douceur et généreusitée m'a demander d'enlever mon nom!!! du fait de sa fausse sympathie il a des "amis" a son travail aussi (trés grande sociétée) et d'une grande famille ,il n'aura aucuns mal a avoir des attestations,son état de santé aussi (diabète et cholestérol grave)ne vont pas me facilité,je me retrouve seule puisqu'il m'a isolée,mais je garde espoir et je me battrais pour faire reconnaitre ce genre de personne et pour les autres femmes aussi (qu'il ne restent pas impunis du mal qu'ils savent faire volontairement)bon courage a celle ci.

    RépondreSupprimer
  26. De la part de Shemsoussabah à « brave anonyme du 27 mars 2011 », diagnostiquée PN: Merci.

    Tout ce que vous me dites me rassure. Vous êtes donc, vous en tout cas, (et selon l'académie les PN en général, semblez-vous dire) des personnes très fines, dotées d'une multitude de personnalités, qui jonglez avec ces personnalités pour obtenir ce qui vous permettra de survivre? Rien que de très humain, jusque là. Il semblerait que ce soit « seulement » les scrupules qui vous manquent. Pas grand'chose, somme toute.

    Pourtant, le dernier paragraphe (mascarade de PN qui veut, malgré tout, se montrer tel qu'on l'espère pour obtenir un reflet valorisant, ou message sincère?) laisse entendre que vous avez un scrupule: votre enfant.

    Ca m'intéresse, si vous pouvez développer...

    Merci.

    Shemssousabah

    RépondreSupprimer
  27. A anonyme du 27 Mars : votre commentaire vantard n'est que le triste reflet du vide de votre vie...

    RépondreSupprimer
  28. bjr,le fils de mon conjoint a 14 ans et a 12 caractéristiques du test.Mon conjoint en avait la garde de Février 2005 à juin 2007.Il était suivi pendant toute cette période pour troubles du comportement et de la personalité avec amélioration de jour en jour selon les psy qui le suivaient.Avril 2007 mon conjoint obtient un poste à la Réunion et en informe la maman de son fils qui en profite pour en redemander la garde,quand ils sont convoqués devant le juge la maman ne parle que des choses furtives ( on empèche son fils de l'appeler,on lui cache les timbres dans la panière à fruits qu'il n y a pas d'amour chez nous etc..etc..)ce qui chiffonait le juge c'était la distance et rien d'autres.Alors que nous lui avions envoyés les cahiers dans lesquels le petit décrivait tout ce qu'il vivait chez sa maman durant les vacances et week-end rien n'a été pris en compte,son dossier CMP n'a mème pas été ouvert mais il ordonne une enquète sociale des 2 cotés.Durant l'enquète sociale chez un expert psy (nous étions déja à la Réunion) le petit raconte que je le maltraitais et que son père lui disait que c'était pour son bien nous tombons des nus!!!Arrogament il appele son père pour lui dire t'as vu ce que j'ai fait!!!bien sur avec sa maman qui lui souffle tout!Il dit ne pas venir voir son père à cause de moi qu'à cause d'une femme il est partit loin et que sa maman n'aurait jamais fait ça! qu'elle fait tout pour lui.A savoir qu'il est depuis que sa maman a ré-obtenu la garde au foyer d'Auteuil en internat à 10mn de chez sa maman.Dernièrement il a envoyé un mail en disant que je lui ai fait du mal je l'ai maltraité qu'il aurait pu porter plainte mais qu'il ne l'ai pas fait.Son père insiste depuis 3ans auprès de son ex pour qu'elle porte plainte contre moi car si j'ai fait du mal au petit c'est normal que je sois jugée sa phrase est:on est pas comme ça nous!Il y a 2 mois il a appelé son père en racontant une histoire de racket qu'il aurait subit et demande à mon compagnon de rembourser sa mère les 20€ car elle l'a puni(tant qu'elle ne le remboursait pas elle n'irait pas chez sa mami)aussi il a appelé son père pour qu'il l'aide) mensonge ou pas!! pendant 2ans il avait la haine pour sa mère qui ne faisait rien pour et avec lui! Mai 2007 il dit que c'est la plus gentille des mamans qu'elle a changé qu'il n'avait plus besoin de psy et que c'est eux qui lui ont détraqué la tète,or pour se sortir d'une histoire au foyer, il a été voir la psy en se positionnant en victime,il ment, il est vulgaire arrogant !!J'ai pris RDV avec un conciliateur car je ne veux pas ètre celle qui l'empèche de voir son père!En réalité on veut lui faire couper les liens avec la famille paternelle car son grand-père habite au 8 et sa mami maternelle au 4 de la mème rue il ne va jamais le voir et que moi je sers de bouc-emissaire et CA je ne veux pas !!

    RépondreSupprimer
  29. Moi j'ai trouvé le champion du monde (29/30 !!!) et bien c'est mon patron :-(

    RépondreSupprimer
  30. Bonjour, je ne vais pas étaler mon histoire puisque je pense que la plupart des gens qui ont vécu à coté d'un pervers narcissique savent ce que c'est. Je vais vous expliquer ma position d'impuissance: j'étais l'enfant de ce pervers, étant assez mature à mon age (18) j'ai vite compris ce qui se passait, ma mère, he bien, à réagit exactement comme l'on décrit les victimes: elle s'est laisser faire. Mais mon père était violent et en plus d'être un pervers narcissique, il était alcoolique.
    J'ai juste regarder ce test et le comble: 30/30 , je me demande juste si on peut mettre ce genre de personne à l'hopital psychiatrique? Parce que même si ma mère s'est échappé, nous sommes encore totalement térorrisées à chaque fois qu'il nous envoie un message.
    Merci.

    RépondreSupprimer
  31. Je suis moi aussi sous l'emprise de ce type d'homme. Je suis mariée depuis 15ans et je me demande comment j'ai pu, comment je peux encore tout accepter..Je développe des troubles musculo-squeletiques et j'ai l'impression qu'un partie de moi est morte au fil des années. Je voulais ne pas perdre la face, j'ai accepté tant de choses car je ne voulais pas que mes enfants sachent qui étaient leur père, ils l'aiment tant...Tout le monde adore mon mari, mais nous sommes isolés du monde. Nous ne voyons la famille que 2 ou 3 fois par an, alors c'est pas difficile de montrer le meilleur de nous même. J'ai compris tout ça il y a un an..Quand je l'ai mis devant son vrai visage, il m'a frappé. Nous n'avons aucune vraie conversation...je viens même de m'apercevoir qu'il allait dans les clubs d'échangistes..Quelle horeur! Depuis, qu'il m'a frappé, je n'accepte plus qu'il me touche. il ne le recherche pas non plus. Ce qu'il souhaite: faire ce que bon lui semble, que personne ne le sache et que je reste sagement à ma place pour le valoriser en tant que mari et père...Mais je me dis qu'il ne gagnera pas. Je prendrai le temps néécessaire, mais je vais le quitter. Seulement, j'ai peur car quand il est démasqué, je sais qu'il peut être violent...Je sais que tout pourrait basculer. personne ne pense qu'il pourrait en arriver là mais moi je le sais..alors j'attends le bon moment, celui d'être assez forte pour m'enfuir..

    RépondreSupprimer
  32. Je trouve ca déplorant comment on parle des pervers narcissiques. Moi j'en suis un et je suis capable d'aimer des autres. Bien sur, il nous est difficile de s'en rendre compte que nous nous mentons nous mêmes lorsque nous sommes passionnés parce qu'il nous faut cette passion pour au moins vivre quelques bons moment et s'apprecier. Tout est banal pour nous. La vie c'est comme un shema. Il n y a rien d'extraordinaire apart de trouver les objets de la passion. Nous sommes capable d'aimer beaucoup mais devont être admirés puisque quand ca s'arrete nous devons dépressifs et passifs. Nous changer est impossible mais se plendre dévient insupportable et ca reveille notre esprit de vangance puisque nous nous rendons compte que l'autre nous n'aime pas pour qui nous sommes. C'est inacceptable pour nous et à ce moment nous somme justement incapable de voir l'autre personne heureuse ailleurs parce que c'est elle qui nous a fait mal et qui nous a denigré. Elle merite alors de s'en aller mais de ressantir la même chose que nous resantons tous les jours en regardans des gens qui se pensent heureux alors que ce n'est qu'une illusion.

    Toutes les personnes qui se pleignent d'être des victimes sont elle aussi manipulatrices. Elles pensent que la passion de prince charmant durera toujours et elles pensent que nous avons de l'energie à l'infini. Nous nous forcons pour se sentir aimés et admirés , c'est notre moyen de survie. Elles veulent just le meilleur de nous et après ne sont pas capables de nous supporter et de prendre soin de nous. Vous aimez notre passion , vous voulais la prendre et recevoir toute notre attention. Vous voulez notre meilleur , vous voulez prendre tout et quand nous demandons un retour vous vous pleignez et n'êtes pas capable de faire aucun sacrifice.

    Quand on prends le meilleur de quelqu'un on merite aussi de prendre le pire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que de fautes d'orthographe !

      Supprimer
  33. Je voulais aussi mentionnaer que nous ne pouvons pas accepter le rejet. C'est un vrai torture dans ma tête. Ca nous detruit à l'idée de penser que l'autre veut nous quitter. Nous devons absoulement le garder en tant que l'objet de notre possesion. Ca va dans même sens, nous n'acceptons pas de perdre quelque chose que nous avons acquis. Dans le cas de perte , la colere est grande et cette colère nous fait sufrir. Mais qu'est ce qui fait plus suffrir c'est de savoir que cette peronne pourrait être heureuse ailleurs, qui est encore inaceptable pour notre ego. La plupart des personnes qui se disent victimes sont extraimement egoistes et ne sont pas capables de rendre une personne heureuse comme il se doit. Elles disent en amour et controlés mais elles se plaignent tout le temps. Accepter le fait d'être avec un PN est de l'admirer de le respecter et de lui montrer qu'il a une enorme valeur. Se pleindre et le denigrer reveille ses blesseures parce que ca va confirmer qu'il n'est pas digne d'être aimé. Il va faire inconsiament que la rélation ne marche pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...Fautes d'orthographe et - j'oubliais - de syntaxe .

      Supprimer
  34. A Anonyme du 10 octobre 2011,vous dites que nous ne voulon que votre meilleur et que quand vous dévilez votre "mauvais côté" que nous ne vous acceptons plus.Tout le monde s'est qu'après la passion du début,on va découvrir chez l'autre des traits de caractére qui voont nous déplaire (peut-être même en avons nous décelé dès le début) et généralement lorsqu'on aime quelqu'un,on les accepte.Car on aime un tout.Ce qui est innaceptable,en revanche c'est de réaliser que votre pseudo meilleur n'est qu'une illusion.Car ce que vous qualifiez de votre meilleur,des débuts où vous êtes passionnés,attentionnés,où vous donnez tout,vous faites semblant pour piéger l'autre.La meilleure des preuves est que quand vous pensez la relation acquise Q,vous changez radicalement en quelques jours.Pour redevin gentil lorsque vous sentez l'autre sur le point de vous quitter.Quand on aime sincèrement,qu'on est authentique avec les autres,on se montre gentil,attentionné à tout moment.Peut-être pas tout le temps toujours,car chacun à ses mauvais moments,mais ce n'est pas je donne tout au début et après plus rien.Voilà la grande différence entre vous,les PN,et les personnes caables d'aimer soncèrement

    RépondreSupprimer
  35. six mois pour enfin pouvoir écrire. petit à petit, la sidération fait place à un sentiment de liberté, d'existence retrouvée.... mais c'est long et lent. lorsqu'on arrive sur ce genre de site ou blog, c'est que l'escroquerie a eu lieu : on a aimé sans retour. et pourtant que d'effort pendant tout ce temps pour ce convaincre du contraire !... et c'est là que j'ai perdu mes repères, mes valeurs. je sors d'un cauchemar qu'il me présentait comme un rêve. rien de tel que la réalité, l'assurance de soi, un entourage solide, tout cela j'étais en train de le perdre de vue. ouf !... c'est passé et il m'arrive de ressentir à nouveau des moments de plénitude qui m'aident à oublier.

    RépondreSupprimer
  36. Mon mari a subi une femme PN pendant 10 ans. Il a fallu beaucoup de temps, de soutien, d'amour et un excellent psychiatre pour qu'il aille aujourd'hui bien. Je pense qu'il ne faut pas avoir peur de dire, je me suis fait avoir, mais je veux aller mieux donc j'avance.
    Une chose nous attriste aujourd'hui c'est son fils qui vit encore avec cette femme puisqu'elle est sa mère. Il est troublant de voir qu'elle ne reconnaît pas ses mensonges même lorsqu'on peut lui montrer matériellement qu'elle ment.
    Je sais depuis le premier jour qu'elle souffre de cela car j'ai un regard extérieur sur la situation et puis que je m'intéresse à la psychologie depuis des années.
    Il faut juste attendre qu'il grandisse, c'est malheureux que ce mal soit si insidieux qu'on ne puisse rien faire devant la justice dans ce genre de cas.

    RépondreSupprimer
  37. j'ai vecu 5 années avec un PN de l'age de 18 à 23 ans, il m'a transformée en morte vivante, perte totale de confiance en moi, culpabilité, angoisses.je ne voyais rien, je pensait que mon état était du à ma propre fragilité. Puis je me suis éloignée de lui en raison de mes études, et là j'ai commencé à revivre jusqu'à comprendre enfin que mon malaise profond venait de lui, qu'il m'avait complétement manipulée.j'ai reconstruit ma vie avec quelqu'un de caractériel mais bienveillant malgrès tout.Les séquelles sont quand même présentes,7 ans après j'en fait encore des cauchemars mais de moins en moins, c'est un long travail pour effacer tout ça mais on s'en sort.après si ça peut vous réconforter, j'ai souvent lu que les personnes victimes de PN ne sont pas spécialement des personnes faibles mais plutôt des gens dotés d'une très grande empathie(c'est pour ça qu'elle se font piégée) et des qualités que les pervers envies et veulent s'approprier.

    RépondreSupprimer
  38. J'ai enfin compris ce qui cloche chez mon mari. Nous sommes mariés depuis 5 ans et j'ai toujours eu ce sentiment bizarre de malaise. Je n'ai jamais réussi à être bien et ni être moi-même dans notre relation. Toujours des reproches, des critiques à mon encontre. Il s'est toujours plaint de ne pas être admiré à sa juste valeur. Il méprise mes besoins d'affections, refuse toute discussion, fuit sans arrêt. Il déforme mes propos auprès de nos amis, afin de passer pour une victime et moi pour une folle. Il boit énormément, fume, est à moitié anorexique et a de gros problème de libido. Cela fait un an que la phase active de destruction à commencer, depuis la mort de mon ex avec qui, je m'entendais encore très bien. Un an que je suis dans un état dépressif, un an qu'il ne supporte plus mes amis. Je me rends compte qu'il tente de m'isoler. Mais comme il est mal dans sa peau, il est redevenu addict à un jeu de rôle play sur internet. C'est ce qui m'a permis de le démasquer, après avoir plongé en dépression cet été car j'ai cru qu'il allait me quitter. Il est vrai que le lien de dépendance est énorme. J'accepte peu à peu mais, dans la douleur, le fait qu'il soit un PN. Le plus dur est d'admettre qu'il ne m'a jamais réellement aimé, qu'il s'est juste servi de moi. Dans son jeu de rôle-play, il cherche d'autres victimes puisque je ne suis plus valorisante pour lui. Ce qui m'a ouvert mes yeux, c'est de lire, à son insu, tout ce qu'il écrit sur moi dans son jeu. C'est un ramassis de d'infamie et de mensonges. J'ai repris une thérapie et je sais maintenant qu'il me faut partir. Le deuil de mon couple est très douloureux et se fait lentement en moi. Je ne me laisse plus prendre au piège par lui et arrête net toute tentative de PN. J'attends début 2012 pour lui annoncer mon souhait de divorce et redoute ses réactions à venir. Ce qui me sauve et me redonne du courage, c'est que j'ai créé des liens d'amitiés avec des gens sur internet. Nos discussions via msn me redonnent du courage et confiance en moi. Il est important pour nous, victimes de PN, de garder des liens sociaux et d'avoir des appuis à l’extérieur du couple.

    RépondreSupprimer
  39. Et bien moi, cela fait 42 ans que je connais mon mari, 34 ans de mariage,cela fait 6 mois que j'ai enfin réalisé qu'il était PNM. Après de longues années de souffrance, de remise en cause, de gros problèmes de santé, il y a 1 an, je me suis dit, après observations et réflexions que je n'étais pas responsable de ses propres problèmes qui lui arrivaient. Je l'ai emmené voir les médecins qu'il a manipulés. Puis j'ai exigé des actes à ses dires, il est devenu violent physiquement mais je crois qu'il a senti que les carottes étaient cuites, que je ne changerai pas d'opinion, que je ne reviendrai sur mes décisions. Il est parti en emmenant les 3/4 de la maison à mon insu et en demandant le divorce. Il a retourné la situation à son avantage en portant plainte contre ma soi-disant violence dont il était victime mais il ment comme il respire. Il a manipulé notre fille dont il a demandé assistance et l'a retourné contre moi. Le temps a fait son effet, je crois que ma fille commence à réaliser quel est son véritable caractère et j'espère, reprenant sa liberté, qu'elle reviendra me voir.Comme j'ai lu, je trouve que l'on trouve peu d'aide, aussi bien auprès des médecins qui semblent avoir peur de se faire manipuler et ne signent aucun certificat, qu'auprès de la justice qui semble ne rien savoir, les lois sont très vagues or avec les PNM, on se fait dépouiller en un rien de temps avec un tour de main malicieux et des mensonges à foison, c'est la même chose près des policiers qui normalement doivent nous protéger. On ne peut les changer ces PNM ! Mais quand fera-t-on quelques choses pour se protéger ? Les victimes ne parlent pas quand elles sont sous emprise, mais quand elles se sont dégagées quand les écouteront-elles ? Quand les croiront-elles ? quand cela bougera-t-il ? certaines sont mortes, pas toutes. L'homosexualité était tabou, maintenant on en parle, on se marie. La société évolue, on parle des viols, de l'inceste, de l'excision. Quand parlera-t-on des PNM ? Trouverons nous une solution à cette civilisation décadente avant de disparaître comme les romains, les égyptiens etc ?

    RépondreSupprimer
  40. je suis encore une ado mais je m’intéresse au pervers car tout le monde me decris comme quelqu'un de mauvais, manipulatrice, menteuse et hypocrite.Ils disent que j'ai tendance a dévaloriser les autres et a les faire souffrir.
    Je m'en suis rendu compte aussi et j'ai cherchée un test.
    Je tombe sur 21 des caractéristique alors je me demande si je ne suis pas une PN ou si je suis trop jeune...

    RépondreSupprimer
  41. Bonjour,
    Selon ce que tu décris en fonction de critères il semblerait que oui . Tu peux tenter de le faire faire par une personne de ton entourage qui te juges de la sorte pour un un autre point de vue plus objectif .
    Normalement , les PN ne se remettent pas en question car ils n'ont pas conscience de leur pathologie et ne se verront jamais malades .Mais il semble que selon des études statistiques 20% d'entre eux le savent pertinemment sans, pour autant, envie de changer .
    Et oui , des ados peuvent être PN puisque le processus se met en place très tôt dans la prime enfance .
    J'espère avoir répondu à ta question.

    RépondreSupprimer
  42. Bonjour,
    Mon fils ainé âgé de 20 ans, nous fais vivre des moments difficiles qui vont crescendo depuis l'âge de ses 16 ans 1/2(période à laquelle il était interne et où l'on a diagnostiqué une grave maladie chez son père,en rémission à ce jour).
    Durant son enfance, c'était un enfant sociable, sans souci particulier, suivant une scolarité normale.
    Depuis ce début d'année il nous fait vivre un "enfer",notre cellule familiale étant fortement affectée. Suite à plusieurs recherches sur le net face à son comportement, j'ai abouti sur ce site.
    Je viens de réaliser le test, le score est de 22/30. Je suis ébranlée, sachant qu'à priori il n'y a rien à faire.Nous avons entrepris une thérapie familiale préconisée par le psychiatre des urgences suite à une récente TS (considérée comme un SOS). Je suis terrorisée
    par ce que j'ai pu lire. A priori il faut partir, mais comment abandonner son enfant ? Le processus peut se mettre en place dès la prime enfance, comment se fait il qu'elle se manifeste qu'avec vigueur maintenant ? Est il un PN ou une attitude réactive à de nommbreux événements douloureux dans son adolescence ?

    RépondreSupprimer
  43. Bonjour,

    Je comprends votre desarroi surtout quand il s'agit de son propre enfant .
    Ce que j'ai compris; c'est que oui , c'est un processus qui se met en place dès la prime enfance .C'est tout d'abord un processus de défense contre des évènements ou un attitude néfaste à leur égard .Seulement il ne dépassent pas ce stade . Leur maturité emotionnelle est comme stoppée et ils restent très immature . Quelqu'un d'autre qui aurait eu une petite enfance difficile aurait aussi mit en place des système de défense mais en grandissant , ils auraient dépasser ce stade et auraient évoluer comme des adultes normaux en gérant leur névroses comme tout à chacun sans faire de mal au aux autres .
    Eux , il restent ancrés dans ce système de défense pour ne pas souffrir et rejeter cette souffrance sur l'autre.
    Pourquoi ??? gênes ? Environnement ???
    Je ne suis pas psy et ce que j'écris n'est que le résumé de ce que j'ai compris de mes recherches et de mes conversations avec mon psy.
    J'ai pu savoir que cet homme pervers narcissique sur lequel je suis tombée a commencé à sérieusement "débloqué" vers 16 ans aussi .
    Mon avis : C'est l'âge auquel il a commencé à avoir des relations sexuelles et donc à prendre conscience de son pouvoir de séduction et à comprendre le pouvoir et l'emprise qu'il était suceptible d'avoir sur les femmes . Sachant qu'il a un rapport très malsain avec sa mère et qu'il la deteste ....Il en va sans doute ainsi avec toutes les femmes qu'il séduit pour les traiter comme il aimerait traiter la sienne .
    Attention , mes propos ne jugent absolument pas la relation que vous pouvez avoir avec votre fils :-) Loin de moi cette idée .
    Je ne vous relate que le récit de mon histoire et de mes observations . J'ai rencontré sa mère et j'ai tout de suite vu qu'elle était juste amoureuse de son fils . Son mari de qui elle était folle amoureuse et ( l'ai encore )l a quittée , il y a plus de 30 ans (il avait 8ans ) et elle a surinvestit son fils en lui faisant prendre cette place ..Quand elle parle à son fils ou qu'elle le touche , c'est un mélange de séduction et infantilisation .C'est très bizarre et ça m'a toujours laissé un sentiment de malaise.
    J'espère que vous aurez un peu plus de solutions à votre portée maintenant que vous voyez peut être un peu plus clair sur le comportement de votre fils . Même si cette pathologie ne se soigne pas , en effet . Vous pouvez quand même essyaer de ne plus répondre à certaines de ses manipulations sans pour autant l'abandonner.

    RépondreSupprimer
  44. ça fait du bien de lire ces témoignages, de voir qu'on est pas seul à s'être fait humilié, écrasé etc et que l'on peut se reconstruire après. Je pense que les PN sont incapables d'empathie tout comme ils sont incapables de se remettre en cause et veilleront de manière déterminé à vous faire payer le moindre constat sur ce "manque d"humanité" les concernant. Mon ex est une femme très intelligente. Elle se comparait elle même à un nazi, quelle horreur.... Tous les autres sont des abrutis forcément, et elle se prenait comme une déesse. Je m'en suis voulu de mêtre fait berné à ce point, je n'étais qu'un jouet pour elle, "un idiot" comme elle m'appelait. Elle représente vraiment tout ce que je déteste (l'arrogance, l'orgueil, le mépris, la manipulation, etc). Elle disait que je vivais, dans le monde des bisounours, que j'étais parano etc, et j'en passe.

    RépondreSupprimer
  45. elle a fini par porter pour harcèlement ! mon psy qui me suivait à l'époque voyait bien qu'elle me manipulait, et qu'elle pratiquait un véritable "harcèlement moral" me concernant. cela fait deux ans que nous avons rompu, et j'en fais encore des cauchemars. mais je me reconstruis, j'avance. ces monstres là, faut les fuir ! sinon c des dégats à vie !

    RépondreSupprimer
  46. Allucinant de lire le message de celui qui est fier d'être pn le : Anonyme10 octobre 2011 18:00! Et une seule personne lucide pour lui répondre ! waw, j'ai ainsi la preuve que les pn savent bien ce qu'ils font et il n'y a en définitive qu'eux qui comptent, il traite la victime de manipulatrice et la dépeind comme une monstre alors qu'elle souffre et souffrira de séquelles longtemps ! waw j'allucine total !!! c'est inouï
    Annabelly

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je présente 20 de ces caractéristiques. Les gens me décrive comme quelqu'un d'imprévisible, disent qu'on ne sait jamais vraiment ce que je veux ou pourquoi je fais certaines choses. Ils disent que quand je dis des choses on ne sait pas si c'est sincère ou pas, ils disent que " je ne suis pas toute seule dans ma tête". Je ris très facilement des malheurs des autres, mais souvent je le cache et joue la compassion. Je suis peut être égocentrique, mais j'ai le sens de l'autodérision. Les gens disent aussi que j'ai le sens de l'humour, je suis toujours en train de me marrer. Souvent j'ai l'impression qu'en fait je me fous de tout, que c'est pour ça que je préfère rigoler. Le bazar et l'anarchie me font rire. Des fois j'ai envie de tout casser, de faire du mal juste comme ça pour m'amuser. Je ne supporte pas de m'ennuyer. J'aime bien qu'on me regarde, qu'on me remarque, d'ailleurs je fais du théâtre. J'ajoute que je suis tout de même capable de ressentir de la sympathie pour quelqu'un, et que ce soit réciproque.
      Et le pire, c'est que si je suis pn, ça m'amuse plus qu'autre chose !

      Supprimer
  47. Et bien, merci "Anonyme" pour ton témoignage du 24 février 2013 14:05. Je suis le genre de personne à penser que les autres ont toujours un petit quelque chose de bon, même infime. Ma mère est PN et jusqu'à maintenant, même après toute les horreurs qu'elle m'a fait subir j'étais encore prête à penser qu'elle n'était pas si malveillante que ça. Grace à ta petite phrase de fin "si je suis pn, ça m'amuse plus qu'autre chose" Je prend conscience que lorsque la crasse est trop profondément installée, essayer de nettoyer ne sert à rien. Cette petite douche glacée va me permettre de ne plus jamais retomber dans ses filets. Du fond du coeur merci. Je ne te souhaiterais pas du bonheur puisqu'il passerait par le malheur de qqn, j'espère plutôt pour toi qu'un jour ta vie sera suffisament moins médiocre pour te sembler interessante sans avoir besoin de te nourrir de celle des autres...

    RépondreSupprimer
  48. incroyable de lirecomme les pervers se decrivent... j ai vecu 5 an avec l un d eux et je peux assurer qu ils sont tres dangereux et nocifs...a cause de lui l ASEa voulu placer mes enfants je suis finalement partie avec les petits en foyer maternels, terrible... mais j ai toujours mes enfants, heureusement... a ce jour on a un appartement dans un autre departement on s est relevermais malgre tout il reste des sequelles, ces gens sont completement fous!!!! de plus celle qui s dit etre superieure a noous, ben m... j aurais tout entendu ces gens ne sont que des vauriens des vampires qui devraient etre en asile!!!

    RépondreSupprimer
  49. Bonjour, simple question, d'après vous les pervers narcissiques ont-ils la capacité à ressentir des émotions (mis à par la colère et la haine) ? telles que l'embarras ou l'amour surtout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour
      je suis désolée et touchée par le nombre de personnes en détresse, je vis aujourd'hui séparée d'un PN, ils sont tellement doués pour manipuler que l'on a du mal à les reconnaitre, les PN choisissent des personnes intelligente, très humaine, sensible, NON ILS N'ONT PAS DE RESSENTIE D'EMOTIONS sinon ils ils souffrirais et irais consulter un psy, à par la haine, la colère, la paranoia, la vanité, se sentir au dessus des autres, on ne voit leur vrai fond que quand ils sont dans la colère, ils se servent des autres à leurs fins, aucune reconnaissance de leur actes, même en essayant de les aider, ils vous rabaisseront car pour un PN il n'est pas permis que quelqu'un leur fassent penser qu'il sont faible, ils gardent la tête haute en toutes circonstances, c'est ce qu'ils pensent être leur force, si vous tentez de les aider, ils se mettent en colère, c'est comme si vous les rabaissiez, il ne peuvent pas voir votre bonne intention, ils ne permettent pas que quelqu'un les démasquent, ils se mentent à eux même autant qu'aux autres, ils détruisent consciemment ou inconsciemment, ils ne savent pas qui ils sont! pour ma part, je suis très instinctive donc je sais que mon ex copain quand il était seul ressentait un mal être, je pense un vide que je pressentais dans son regard, un regard livide, quand on s'y plonge on pouvais y voir le néant, ça fait peur et en même temps ça fait pitié, parce que concrètement c'est un être humain qui n'a pas d'humanité...je pense que plus on les excusent et ont se montrent empathique avec les PN et plus ils se sentent vivre mais vous écrasent de plus en plus, ils peuvent être dangereux volontairement ou pas, quand ils pressentent que vous êtes fort(e) et surtout si vous ne lui montrez pas vos émotions, ils se posent des limites, mais si ils perçoivent qu'ils ont touchés votre moi intérieur de manière négatif ou positif, ils en profitent pour vous endormir, ils bercent leurs victimes d'illusions, ne montrez pas vos émotions avec les PN, ils perçoivent assez vite vos faiblesses et les utilisent à la moindre occasions contre vous, surtout en cas de désaccord, moi j'ai jouée avec le feu, je lui avais renvoyée son image et il m'avait fait culpabiliser en me renvoyant à son tour l'image que j'avais de lui et en utilisant justement cette arme contre moi auprès de l'entourage, donc ça ne sers à rien de leur démontrer quoi que ce soit, il n'y a qu'eux qui ont raison, reste à savoir quel est le parent qui lui a construit ce personnage ou l'a affligé de cette tare! je pense que pour éviter que le(la) PN fasse du mal à d'autres, il est bon de le dénoncer mais avec énormément de précaution, avec des preuves.sinon un face à face direct dans un lieu isolé ou en public se retournera contre vous, j'en ai fais personnellement les frais. il faut être superficiel avec les PN, ne jamais montrer nos faiblesses et pensées, être tant que possible assertif à cause des conflits qu'un oui ou un non engendrent continuellement, j'ai exposée mon expérience si cela peut vous aider, mais d'un PN à un autre cela peu être vécu différemment, mais c'est souvent une constante, bon courage à tous et prenez soin de votre santé mentale c'est ce qui gère totalement notre corps, si on cherche notre bonheur la vie peut être belle.

      Supprimer
  50. Bonjour et merci pour toutes vos témoignages je suis un adolescent, mon père est un PN. Je totalise 19/30 au test.J'ai des difficultés relationnelles avec mon entourage.Puis-je savoir s'il est possible de s'en sortir?Si oui comment?

    RépondreSupprimer
  51. Si vous avez de vraie interrogation sur vous et sur les autres : Consulter un psychiatre ou psychologue.
    Les test sur internet peuvent être la porte ouverte à de grands n'importe quoi...

    RépondreSupprimer